Dix moins un, le concept d’artisanat design de luxe

« Dans le milieu de l’art contemporain, les éditions se font généralement sur 100 pièces, 50 pièces, 10 pièces, mais nous on ne voulait pas faire comme tout le monde. On voulait dix, moins un ». Vous l’aurez compris « Dix moins un » est un concept centré autour de l’artisanat en édition limitée à 9 exemplaires. Co-fondé par Waly et Madina deux âmes artistes et artistiques, l’univers de ce concept est assez particulier avec ses bijoux et objets d’exception. Aujourd’hui à Noir Concept, nous vous emmenons à la découverte d’un écrin de l’artisanat africain.





La fusion de deux flammes artistiques qui donne 9


Elle, c’est Madina Dieng et lui, Waly Seck.


Waly Seck se définit comme un artisan en design qui s’inspire de l’art africain pour créer un art de vivre à travers du mobilier. Fort de sa formation en design à la Rietveld Academie d’Amsterdam et riche de son héritage africain, Waly adore dessiner, concevoir et produire par lui-même ses œuvres. Ces dernières sont commercialisées via l’entreprise Kër Dakar, mais il possède également sa propre marque : Waly Seck Design. Son univers à lui est fait d’acier, de bois, le tout en géométrie.


Madina, également créatrice, est une serial entrepreneuse. A son actif, Madina Dieng est

principalement propriétaire du complexe WAAW qui met en avant des artistes designers

sénégalais, possède sa propre marque de lingerie et d’accessoires de luxe Héra, ainsi que Dakar Pole Studio. Son univers à elle est donc très féminin, mais rejoint celui de Waly en termes de créativité.


Lorsqu’ils décident de travailler ensemble, Waly et Madina comptaient collaborer sur Héra. « J'ai découvert son travail sur Instagram. Lorsque j’ai vu de mes yeux la qualité des produits, le choix des matériaux et les finitions, j’étais impressionné. C’est magnifique ce qu’elle fait. C’est très sculptural et là, j’étais plus que convaincu que je voulais travailler avec elle » nous explique Waly.

Et cela était réciproque, car Madina ne se voyait pas créer un tel concept avec quelqu’un d’autre que son acolyte. Entre le moment où les deux artistes décident de travailler ensemble, il n’y a pas vraiment eu de formalités. « Le tout s’est fait très naturellement » assure Madina.

Et depuis, le duo brille de mille feux à l’instar des bijoux qu’ils créent.

« Nous sommes passés de l'idée d'une collaboration sur Héra pour créer Dix moins un car il fallait que chacun conserve son univers d’origine et que nous créions en partant sur de nouvelles bases saines et solides »

confie Madina.


C’est donc ainsi que naît la marque au nom évocateur, mais dans un premier temps elle ne s’appelait pas ainsi. Les deux associés hésitaient sur le nom, mais il était clair que le chiffre « 9 » était celui qu’ils voulaient, car ils le trouvent « beau » et « sexy ». Ils racontent à ce propos : « nous voulions faire des pièces d’exception en éditions limitées, ultra chics, ultra sélects pour une clientèle très spécifique. Dans le milieu de l’art contemporain, les éditions se font généralement sur 100 pièces, 50 pièces, 10 pièces, mais nous, on ne voulait pas faire comme tout le monde. On voulait dix moins un, mais pas 9 ».


La particularité de la marque ? Elle ne propose que 9 exemplaires de ses produits.




Dix moins un, une vision en plus


« La marque Dix moins un, c’est de l’artisanat d’art. Elle s’adresse à une cible bien particulière et propose des pièces aux finitions impeccables » explique Waly.

C'est une marque spécialisée dans la conception, la production et la commercialisation de produits d'artisanat d'art haut de gamme fabriqués au Sénégal. La conception de ces produits est signée par des Designers ou Artistes partageant le désir de produire au Sénégal et ainsi participer à son développement. La production de chaque création est limitée à une série de 9 exemplaires numérotés afin de les authentifier. La commercialisation se fait actuellement au sein du complexe WAAW. Une vitrine e-commerce est en cours de développement et nous sommes actuellement à la recherche de partenaires pour la distribution.


Dans un premier temps, l’une des principales difficultés du duo lorsqu’il se lance est de pouvoir faire épouser sa vision à ses collaborateurs. Les artisans qui travaillent avec les deux entrepreneurs sont certes talentueux, mais n’ont pas cette habitude de reprendre une tâche encore et encore jusqu’à obtenir, avec de l’acier par exemple, la délicatesse du pli d’un papier froissé.

Par ailleurs, ce nouveau concept plaît énormément au public, mais il y a une différence entre les likes sur Instagram et la décision d’achat. Et ne vous y méprenez pas, les pièces qui partent ne sont pas forcément celles qui ont rencontré le plus de succès sur les réseaux sociaux.

Et une chose est sûre, le public local réserve un bel accueil à leurs créations.

Cependant, il faut pousser l’exposition au-delà des réseaux sociaux afin de toucher une clientèle encore plus élitiste. A ce propos, Madina explique, « De belles choses arrivent. L’idée est de rendre nos pièces disponibles à travers une vitrine internet bien élaborée et qu’on puisse proposer ces produits d’exception n’importe où dans le monde ».

Toutefois, le binôme d’artistes ne veut pas se limiter à ne créer que lui-même. Waly et Madina ont soif de collaborer avec d’autres artistes qui vibrent au même diapason qu’eux. C’est déjà le cas avec Rosy Sambwa, une autre pointure du domaine pour qui ils mettent leurs talents au service de la création d’une collection de bijoux haut-de-gamme.


“Dix moins un est un concept haut-de-gamme, sélectif qui propose des pièces limitées à 9 exemplaires. Le tandem, fort de sa complicité et de sa créativité, veut collaborer avec d’autres artisans et artistes africains. Alors si vous êtes une marque de bijoux, de sacs ou d’accessoires de créateurs, n’hésitez pas à contacter Dix moins un pour une collaboration. Pour les amoureux d'accessoires et bijoux beaux et originaux, vous savez où vous tourner maintenant.

45 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout