« Histoire générale de l´Afrique – Tome V - l´Afrique du XIV e au XVIII e siècle » dirigé par Beth


J´ai eu la chance de faire l´acquisition de ce volume nº5 en mars dernier, dans une librairie bruxelloise appelée « Pépite Blues »[1]. J´ai tout de suite sauté sur cette occasion rare de pouvoir avoir en mains un véritable morceau d´Histoire, au sens propre comme au sens figuré.




En effet, l´écriture de ces tomes mériterait que l´on revienne dessus plus amplement.


Bien que le continent africain soit riche d´une histoire plurimillénaire, il est souvent difficile de discerner le vrai du faux lorsqu´on parle de ce continent. En effet, l´impérialisme occidental (portugais, espagnol, anglais, français, allemand, belge, danois, etc.…), le colonialisme, l´exploitation de l´être humain par l´être humain et l´exploitation de la nature par l´être humain sont autant de poisons qui ont fait péricliter l´ensemble du globe – mais plus particulièrement l´Afrique – dans une spirale de guerres, de trahisons, de génocides, de dictatures ultra-militarisées et de populations marginalisées et soumises aux aléas des situations socio-économiques de leur pays ou région.


Dans un souci scientifique et humain de redonner aux populations africaines leur juste place dans l´Histoire du monde, des historiens accompagnés de scientifiques excellant dans d´autres disciplines, ont mis sur pied cette collection de tomes.

Celle-ci retrace de façon linéaire et quasi exhaustive la (très) longue histoire des populations africaines sur le continent premier, ainsi que dans le reste du monde.


« Knowledge is Power »

Cet adage, tiré d´un épisode de la série étasunienne Game of Thrones résonne avec force lorsqu´on s´empare d´un des tomes de cette impressionnante collection. Les données, les dates, les noms, les cours d´eau, les régions, les villes : toutes ces informations forment un maëlstrom de connaissance au fil des chapitres.


On y explore les relations entre l´Afrique supra saharienne et l´Afrique subsaharienne, les alliances et les trahisons au sein de dynasties claniques, les us et coutumes des populations vivant sur les côtes qui rentrent parfois en conflit avec les populations de l´intérieur des terres ou encore des invasions navales et militaires tour à tour omanaises, ottomanes, françaises, portugaises, hollandaises, arabes, anglaises (etc…) sur différents territoires du continent.


On découvre et on s´émerveille devant les grandes épopées des sultanats fundj, devant la « Guerre des Marabouts » en actuelle Sénégambie, devant les récits fondateurs des migrations de peuples et de leurs chefs illustres, devant les descriptions minutieuses des politiques urbaines, martiales et artisanales, devant les généalogies des familles régnantes et devant les destins ordinaires des différentes couches du peuple (artisans, pêcheurs, agriculteurs, personnes de condition servile, etc…)


Notre cœur se serre cependant lorsque l´inévitable question de la traite des êtres humains s´impose par la violence et la duplicité dans bon nombre de communautés africaines de l´époque charriant son lot de malheurs, de déchirements, et de fractures sociales encore perceptibles aujourd´hui ou lorsqu’on évoque les périodes de guerres, de maladie, de migration forcée, …


Tous ces destins croisés, si brillamment exposés, dans ce cinquième tome de l´Histoire générale de l’Afrique, m´ont rendu encore plus fiers de mon ascendance africaine. Ce travail scientifique de longue haleine nécessite d´être attentivement analysé et d´être consommé telle une encyclopédie de savoir humain. Soyons orgueilleux de notre humanité, et de notre capacité de résilience face à l´obscurantisme, au tribalisme, à la xénophobie (plus particulièrement la négrophobie) et à l´ignorance.


A Luta Continua

[1] Cette librairie, basée à Matongé, est spécialisée en livres, ouvrages, bandes dessinées, magazines, jeux de société africains.


Ecrit par Landry Kalla Mballe - Facebook



Ce livre a été imprimé et publié en avril 1998 en France, par la maison d´édition Présence Africaine, par Edicef (Editions Classiques d´Expression Françaises) et par le comité scientifique international pour la rédaction d´une Histoire Générale de l´Afrique représentant l´UNESCO.


  • Le directeur du Premier Volume fût l´historien, écrivain et homme politique burkinabé : le professeur Joseph Ki-Zerbo.

  • Le directeur du Deuxième Volume fût le Docteur G. Mokhtar, originaire d´Égypte.

  • Le directeur du Troisième Volume fût Son Excellence M. Mohammed El Fasi, originaire du Maroc.

  • Le co-directeur du Troisième Volume fût le Docteur I. Hrbek, originaire de République Tchèque.

  • Le directeur du Quatrième Volume fût le professeur D.T. Niane, originaire du Sénégal.

  • Le directeur du Cinquième Volume fût le professeur B.A. Ogot, originaire du Kenya.

  • Le directeur du Sixième Volume fût le professeur J.F.A Ajayi, originaire du Nigéria.

  • Le directeur du Septième Volume fût le professeur A. A.Boahen, originaire du Ghana.

  • Le directeur du Huitième Volume fût le professeur A.A. Mazrui, originaire du Kenya.

  • Le co-directeur du Huitième Volume fût le professeur C. Wondji, originaire de la Côte d´Ivoire.

37 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout